BIOGRAPHIE

  Accordéoniste classique, Ecole Italienne, Premier Prix du Conservatoire de Pesaro, Fabio Rossato est aujourd'hui l'un des plus grands accordéonistes mondiaux, un très grand interprète classique et jazz combinant subtilité, élégance, virtuosité, sens musical aigu.    

 

Loin d'être effrayé par les difficultés, il met à jour des pièces musicales complexes issues du répertoire classique contemporain, démontrant ainsi que cet instrument, outre son utilisation populaire,peut être de grande, de très grande noblesse (voir album Variétés,document vidéo réalisé lors de son passage à Stuttgart...)

Élève du Conservatoire de Pesaro, dans la classe du Maître Italien Elio Boschello, il développe son sens de l'interprétation en se perfectionnant auprès de grands Maîtres Européens tel que Friederikh Lips, Wladmir Zubitsky, Richard Galliano, Frederich Gerouette.

Montrant, très jeune, des capacités hors du commun, il remporte de nombreux prix, fascinant les jurys :

- 1982 à l'âge de 12 ans, on lui attribue le Prix d'Exception au Gran Premio Internazionale della Città di Stradella (Italie)

- 1983 il gagne le Grand Prix International de Wittelsheim (France)

- 1985 il est quatrième au Trophée Mondial C.M.A. de Lisbonne (Portugal)

-1986 second au Trophée Mondial C.M.A. d'Arenzano (près de Gênes, Italie)

-1988 premier à ce même concours C.M.A.  à Paris (France)

-1991 Prix d"Exception au concours C.M.A. de Stuttgart (Allemagne)

 

Ayant obtenu  ce Prix d'Exception, Luciano Galliano, père du célèbre accordéoniste Richard Galliano, décide de le présenter au Festival de Tulles, Les Nuits de Nacre, où il croise la route d'Astor Piazzolla qui,impressionné par le jeune Fabio, lui dédicace Trois Préludes pour accordéon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-1994 Prix d'Exception, à Rome,  à la troisième édition du T.I.M.(Tournoi International des jeunes Musiciens).

 

Dans la foulée, il réalise quelques tournées en Italie, France,Espagne-Autriche,Canada, Allemagne,Suisse,Portugal,Grande Bretagne.

 

Fréquentant les petites gens comme les grands artistes, il s’intéresse à tout, à tous les styles musicaux, simples ou compliqués : Fabio Rossato est un touche à tout lumineux !

 

On le retrouve aussi bien dans le Classique, le jazz, l'ethno-jazz, le jazz-musette, le tsigane, la chanson à texte... bref, rien ne lui est étranger. 

Instrumentiste d'exception, il sait que la musique est un langage international qui supprime les barrières linguistiques et les confinements artistiques.

Cette attitude d'ouverture lui vaut l'obtention du Prix ORPHEUS pour l'album ethno-jazz "IMPRESSIONI LONTANE"(impressions lointaines).

En Italie, il participe à de nombreux projets, soit comme instrumentiste, soit comme instrumentiste et arrangeur.

Etant par ailleurs un pianiste de haut niveau, il passe avec aisance de l'accordéon au piano...  Il lui arrive même d'accompagner, au piano, des artistes lyriques comme la Soprano Cecilia Gasdia, Silvia De Boni son épouse.

Professeur au Conservatoire de Riva del Garda, il y dirige la classe de perfectionnement pour accordéon.

 

Voici ce que dit de lui, MAURO MACARIO dans un texte intitulé "dall'Umilità del Misterio" (de l'humilité du mystère):

 

Fabio Rossato a des mains d’illusionniste, faisant apparaitre, un monde imaginaire... en noir et blanc.

Par lui, l'accordéon devient la boite noire de la rencontre accidentelle entre poésie et quotidien, gardant en mémoire les motifs, les causes, le secret de l'impact qui, loin d'être déflagration et pulvérisation, est source jaillissante, inattendue, réjouissante.

Créateur de renouveau, il redessine les contours, transforme l'abstrait en figuratif, les idiomes du monde en chant universel.

Quand l'accordéon inspire et expire, il est une chambre de réanimation pour ne pas succomber à l'étouffement social, une berceuse chaloupée, la tête dans les nuages de Magritte, un soufflet salvateur qui alimente et incendie les âmes déshydratées, dépourvues de rêve.

 

Il n'est pas un artiste comme un autre : sur le podium, dans un battement d'aile,

il s’incline, tel l'oiseau Lyre sur l'étang...